Et vous, quelle est votre expérience du confinement ?

Interview de M. Lacaze, chargé de mission Handicap à la Ville de Toulouse

 

 

 

Le témoignage de Frédéric Lacaze, Chargé de Mission Handicap à la Métropole de Toulouse


1. Comment s’est passé le confinement pour la fonction de référent handicap ? Et pour les personnes handicapées employées à Toulouse Métropole ?

 

Concernant la fonction de référent handicap, il y a eu plusieurs périodes. D’abord, une période de perte de sens comme la plupart des personnes, je pense. J’avais besoin de me sentir utile, d’être dans l’action, comme je le suis en temps normal. Puis une période qui m’a permis de me nourrir de connaissances afin d’accompagner au mieux mes collègues de travail.

 

En ce qui concerne les agents en situation de handicap, il y a eu pour certains, une perte de repères, mais nous avons mis en place une information diffusée sur notre intranet afin d’accompagner et d’être à l’écoute si besoin.

 

2. Pourquoi avoir mené une réflexion spécifique au déconfinement pour vos agents handicapés, en particulier ceux relevant des troubles du spectre autistique ?

 

Nous venons de vivre une situation inédite qui peut être pour certains anxiogène et il y a donc éventuellement besoin d’accompagner l’agent ou le manager afin de permettre la meilleure inclusion dans le collectif de travail lors de la reprise du travail. De plus, certains types de handicap ont besoin d’un accompagnement particulier comme par exemple pour les personnes avec trouble du spectre autistique.

 

3. Comment avez-vous procédé ? Avec qui avez-vous construit ces modalités de déconfinement ?

 

Avant le confinement, les agents autistes de nos collectivités étaient en partis accompagnés par leur psychologue qui les accompagne déjà dans la sphère privée mais qui fait également le lien avec le manager afin de reprendre éventuellement certaines situations problématiques. Nous avons donc continué cet accompagnement pendant et lors de la reprise afin que l’agent soit le moins perturbé possible.

 

D’autre part, afin d’avoir qu’un unique interlocuteur identifié, j’ai commencé à travailler avec un coach, spécialiste de l’autisme afin d’accompagner des agents dans la sphère professionnelle et accompagner le collectif de travail.

 

4. Comment s’est passé le retour de ces personnes sur leur lieu de travail ?

 

Dans l’ensemble, le retour sur le lieu de travail s’est très bien passé mais je reste vigilant à l’inclusion dans les différentes équipes. Je suis également en soutien du manager si besoin.

 

Mais, il peut y avoir des agents où c’est plus difficile et je suis de très près une situation plus compliquée que les autres en lien avec, ses proches, son manager, le collectif de travail en lien avec sa psychologue et son accompagnatrice sur le lieu de travail afin qu’il puisse retrouver ses marques et progresse

 

5. Quels enseignements en tirez-vous ?

 

A mes yeux, ce confinement aura eu un enseignement bénéfique puisqu’il m’aura permis de mieux appréhender l’autisme. J’ai eu également à cœur de maintenir du mieux possible le lien avec les agents en situation de handicap et les accompagner au mieux pour la reprise du travail. Je suis conscient que l’inclusion c’est l’affaire de tous et qu’on peut avancer d’un pas et reculer de dix le lendemain, chose que je ne voulais pas avec ce confinement.

 

>>> Vous avez, vous aussi, une expérience à partager sur le confinement ou le déconfinement ?

Vous avez appris des choses nouvelles, tiré des enseignements particuliers de cette période ? Vous avez mis en place des dispositions spécifiques qui vont perdurer ou faire évoluer vos pratiques ? Partagez-le avec la communauté du PRITH ! <<<

 

Contact : prith.occitanie@amnyos.com